09 octobre 2008

Le Chat (Grand-père de Musset)

Le chat
        et l’opinion
        Poème inédit (extrait)

      

par Guyot Desherbiers

      

Grand-père maternel de MM. Alfred         de Musset.

             

Souvent, la simple multitude
        A dépassé par son instinct
        Les combinaisons de l’étude.
        Elle lit d’un sens indistinct
        Au grand Livre de la Nature,
        Qui n’est pas toujours sans rature
        Pour les Pline, pour les Buffon.
        Le curieux esprit de l’homme
        De tout veut se rendre raison ;
        C’est son besoin : sensée ou non,
        Il en faut une. Et voilà comme
        Le peuple, peu physicien,
        A cru ce chat magicien.
        Dans ce qui lui semble incroyable,
        Il pressent la griffe du diable,
        S’il n’aperçoit le doigt de Dieu.
        Le dogme de sorcellerie
        S’est introduit en temps et lieu
        Après celui d’idolâtrie.
        Non que, sur le fait de magie,
        Je prétende vous rendre impie !...
        Sans doute, il est des sorciers,
        Et le chat est un des premiers.
        On enseigne en théologie
        Que les enfers n’ont point d’orgie
        Et la Saint-Jean point de sabbat
        Où ne préside un maître chat.
        Lorsque à Goa, le Saint-Office,
        Pour notre édification,
        Mettait en conflagration
        Quelques faiseurs de maléfice,
        Qu’aux lueurs d’un auto-da-fé
        Monseigneur prenait son café,
        On sait que les dévotes dames
        Des mécréants voyaient les âmes,
        Autant qu’une âme se peut voir,
        Passer à l’infernal manoir
        Sous la figure d’un chat noir.
        Du grand Baldus, qui de Bartole
        Soutint et même accrut l’école,
        Je vous dirai le triste cas.
        Connaissant tout, hors la magie.
        Avec le plus savant des chats,
        Il apprenait l’astrologie !...
        Un jour qu’ils étaient en discord
        (Sans doute Baldus avait tort),
        Pour l’avertir, son chat le mord,
        Et d’encre barbouille le bord
        De sa tablature inexacte ;
        On ne sait avec Belzébut
        Si le chat avait fait un pacte,
        Mais fermement Baldus le crut ;
        Il voit en danger son salut.
        La critique surnaturelle
        Démonte sa grave cervelle.
        Au fond de ses veines il sent,
        Avec les poisons de la dent
        Courir l’infernale séquelle.
        Il se tient sous l’obsession
        De l’esprit nommé Légion.
        Désormais il lit sans méthode
        Digeste, Novelles et Code.
        De ce syllogisme cornu,
        Dont il fut maître reconnu,
        Il ne sait plus trouver la trace ;
        Enfin le docteur, pour avoir
        D’un chat encouru la disgrâce,
        Perdit le sens et le savoir.
        Donc le chat, par toute la terre,
        Tantôt Dieu, tantôt nécromant,
        A su maintenir constamment
        La hauteur de son caractère.
        Un point d’universelle foi
        (Pythéas, voyageur illustre,
        L’atteste, au sept centième lustre),
        C’est que toujours le chat, sur soi,
        Tint les sceaux de la destinée,
        Qu’au talisman de sa faveur
        La fortune s’est enchaînée,
        Et que, par un charme vainqueur,
        Sur ses partisans il attire
        Tout le magnétisme du cœur.
        Preuve que je parle sans rire,
        N’allons pas plus loin, chère sœur1
        J’en trouve l’effet sur vous-même
        Et ce pouvoir doux et sacré
        Qui fait que, de force ou de gré,
        Qui vous entend ou voit vous aime,
        Peut-on dire s’il ne tient pas
        Au nœud de cet amour suprême

      

Qui vous unit avec les chats ?
        Le législateur de l’Asie,
        Heureux soldat, prêtre inspiré,
        Des caresses d’un chat tigré
        Fit sa plus chère fantaisie.
        Emportant son chat avec lui,
        Lorsque ce héros s’est enfui,
        Ensemble ils ont fondé l’hégire,
        Date éternelle à son empire,
        Pour ne pas troubler cet ami,
        Vénérablement endormi
        Dans les plis soyeux de sa manche,
        D’un fer généreux, il retranche
        La riche part de son habit,
        Dont le chat s’était fait un lit.
        Le tyran mitré de la France,
        Richelieu, qui d’un bras de fer
        De l’Europe tint la balance,
        Trouva pourtant un cœur de chair
        Près de la miaulante engeance.
        Dans ces rares et courts moments
        Que des politiques tourments
        Nécessitait l’intermittence,
        Un panier de chatons charmants
        Divertissait son éminence ;
        Et par un geste raccourci
        Ils ont, plus d’une fois peut-être,
        Vengé sur leur barbare maître
        Le trépas de Montmorency.
        Rival de Virgile et d’Homère
        (Quelqu’un l’a nommé leur vainqueur),
        Le Tasse a soulagé son cœur
        Entre un jeune chat et sa mère.
        « Tandis que la fortune amère,
        Leur dit-il, me navre de coups,
        Je cherche la paix près de vous,
        Ainsi que, battu des orages,
        Le pilote calculateur
        De la grande Ourse et de sa sœur
        Saisit l’éclat régulateur
        à travers le choc des nuages. »
        Penser douloureux, mais flatteur !
        Dans l’indigence et la disgrâce,
        Deux chats ont consolé le Tasse !
        C’est donc à ces êtres parfaits
        Que l’hélicon doit vos portraits,
        ô magnanime Sophronie !
        Tendre Armide ! douce Herminie !
        Et toi, Clorinde, autre Pallas,
        Qui, tout armée, et toute belle,
        Comme un miracle, t’élanças
        De son inventive cervelle,
        à la lueur de l’œil des chats !
        L’amoureux et brillant génie
        Qui fit cesser, dans l’Ausonie,
        D’une ignare cacophonie
        La longue et ténébreuse nuit,
        Qui, trouvant son art dans l’enfance,
        à l’âge mûr l’avait conduit,
        Sans traverser l’adolescence…
        Pétrarque, à son chat connaisseur,
        De ses sonnets doit la douceur.
        Plein de foi, le poète implore
        De ce dieu le pouvoir divin
        Pour amollir le cœur de Laure,
        Et ne l’implore pas en vain.
        Soit qu’il chante son doux martyre,
        Soit que son désespoir soupire
        Le trépas de l’objet chéri,
        Il entend le chat favori
        Fidèlement monter son cri
        Au diapason de la lyre.
        à Vaucluse, quand deux amants
        Vont à la Sorgue fugitive
        Demander ces sons languissants
        Que garde l’écho de la rive,
        Parfois une oreille attentive
        Distingue encore les accents
        Qu’y mêle la chatte plaintive.
        Depuis dix fois septante hivers,
        L’enfant des muses qui, dans Arque,
        Baise le marbre de Pétrarque
        Voit de son chat les restes chers ;
        Et toujours l’Italie admire,
        Comme éternisé dans la myrrhe,
        L’Apollon de tant de beaux vers.
        Du temps l’impitoyable rouille
        En a respecté la dépouille ;
        Par la flamme de ces yeux verts
        Où sa belle âme semble vivre,
        Il est encor l’épouvantail
        De l’irréligieux bétail
        Qui voudrait attenter au livre
        De son poète harmonieux.
        Ainsi donc du chat glorieux
        Pétrarque partage le temple !
        Encouragé par cet exemple,
        J’espère, avec timidité,
        Que le dieu, sur ces faibles rimes
        Où de mon mieux je l’ai chanté,
        Voudra de ses destins sublimes
        épancher l’immortalité.
        Par un contraste nécessaire,
        Malheur mille fois au mortel
        Dont le sinistre naturel
        Des chats l’a rendu l’adversaire !
        De leur mépris jadis le poids
        Avait imprimé l’anathème
        Au front du dernier des Valois,
        De nos Henrys le pénultième
        Et le plus vil de tous les rois.
        D’une réprobation juste
        Exemple à jamais effrayant !
        Voyez, devant le chat auguste,
        Ce demi-homme défaillant !
        Méditez sa fin déplorable,
        Sa vie encor plus misérable !
        Saisi d’un trône chancelant
        Il en fait le grabat du vice ;
        Va de la crapule au cilice ;
        De la nuit des assassinats
        Lâche témoin, cruel complice ;
        Sans doute, le regard des chats
        Devenait son premier supplice.
        Et maintenant, ô potentats !
        Du chat vénérez la justice.
        Mais bientôt son culte propice
        Va renaître dans nos climats ;
        De la péninsule Italique
        Lorsque la jeune république
        Aura cimenté ses états,
        ô Liberté ! tu produiras
        Plus d’un Zeuxis, plus d’un Orphée !
        Ils te rendront, céleste fée,
        Ton compagnon, le chat Haret
        Qu’avec toi la Gaule adorait ;
        Et certes, ce vivant portrait
        Te siéra mieux que le bonnet
        Dont nos artistes t’ont coiffée.

Posté par marcbonvalot à 22:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Le Chat (Grand-père de Musset)

Nouveau commentaire